Kelin-Kelin’Orchestra

Formed in 2011 by Brice Wassy and Jean-Jacques Elangué as a self-conscious effort to revive and reinvent traditionnal African music, Kelin-Kelin’ Orchestra is a dynamic Afrobeat and Afrojazz ensemble.
While committed to upholding tradition, drawing its influence from bikutsi, makossa, biguine and calypso, they’ve also extended themselves into the realms of funk and salsa. With a solid groove full of drums and an engaged horn section, KKO has forged a refined sound and invites us all to join in the fun of a festive show. Expect infectious and chattering rhythms, soulful vocals and inspired solos !
KKO’s live show is a high-energy spectacle featuring 10+ performers from Cameroon, Benin, Cuba, France and the U.S. .

LINE UPBrice Wassy (Batterie), Jean-Jacques Élangué (Saxophone Ténor), Abbé Ngayihi (Piano, synthétiseur, percussions), Rodolphe Lauretta (Saxophone Alto), Roger Kom (Voix, percussions, saxophone alto), Ronald Baker (Trompette & chant ), Xavier Sibre (Sax, Clarinette), Bernard Labejof (Sax), Giovanni Hector (Trombone), Sébastien Richelieu (Basse)


Me Feeh (Brice Wassy) from Kelin-Kelin’ Orchestra on Vimeo

(RÉ)ÉCOUTER

KELIN-KELIN’ ORCHESTRA en direct de l’AMPHITHÉÂTRE DU DOMAINE D’O, Montpellier 2017
> Écouter le podcast France Musique


REVUE DE PRESSE

JAZZ MAGAZINE – Juillet 2017

 » L’orchestre rassemblé par deux figures de l’Afrique à Paris (et plus précisément du Cameroun), mêle hardiment les musiciens de la diaspora africaine, avec des renforts caribéens ainsi qu’états-uniens. (…) un mélange de joie festive, de sources traditionnelles de l’Afrique et de la Caraïbe, et des couleurs du jazz en grand orchestre, joliment brossées par une section de souffleurs très impliquée, dans les ensembles comme dans les solos. Le répertoire est en grande partie signé par les co-leaders, mais emprunte aussi à Manu Dibango ou Hugh Masekela. « 

> Lire la chronique

Jazz Magazine – mars 2015

« Les quatre tours de la cathédrale Laon et leurs seize bœufs ont dansé cette nuit au son du Kelin Kelin Orchestra du batteur Brice Wassy et du saxophoniste Jean-Jacques Elangué, brassage de grands savoirs mélodiques et rythmiques africains et d’une science de l’improvisation et de l’arrangement pour section à vents qui vient du jazz. Il me semble que l’on avait besoin depuis longtemps d’un tel orchestre. Tout à l’heure, il a mis debout le public du festival Jazz’titudes de Laon. »
>Lire la chronique

LA NOUVELLE RÉPUBLIQUE – Avril 2015

« Kelin Kelin’ Orchestra est un cocktail détonnant mêlant Kù-jazz, bikutsi, afrobeat, massoka, biguine, calypso, funk, salsa… »

> Lire la chronique

Biographie

Arrivé à Paris en 1974, Brice WASSY joue avec Wally Badarou puis avec Manu Dibango durant six ans. L’enregistrement de l’album “Waka Juju” en 1991 met en valeur ses qualités, dès lors largement reconnues dans le milieu musical.

On trouve ensuite dans son parcours les noms de Pierre Akendengé‚ (Gabon), Francis Bebey (Carneroun), Uta Bella (Cameroun), Touré Kounda (sénégal), Daniel Balavoine, Louis Chédid et Jacques Higelin (France), etc., mais aussi des jazzmen (qui apprécient sa maitrise de la musique ternaire) comme Colin Walcott, Don Cherry et Jim Pepper (USA).

A partir de 1994, Brice Wassy sera durant six ans directeur musical de l’orchestre de Salif Keita, après avoir participer à l’enregistrement de l’album “SORO”, puis jouera régulièrement avec Myriam Makeba. Il fait partie de Tam-Tam l’Europe (orchestre de 9 batteurs), et on le rencontre fréquemment sur les meilleures scènes de jazz à Paris.

Et quand, habité par les diverses rythmiques de sa terre d’origine, le Cameroun, et par tout ce qu’il a joué ailleurs, Brice Wassy commence à écrire sa propre musique, celle-ci séduit très vite : en 1991 il est co-producteur de l’album de Jean-Luc Ponty, trouve les musiciens et compose la plupart des morceaux dont celui qui a donné son titre à l’album “Tchokola”.

Aujourd’hui, Brice Wassy déploie toute la richesse de cette musique profondément enracinée en Afrique, mais ouverte à toutes les rencontres. Et derrière l’étonnante complexité de la “Kù Music” surgit la simplicité d’une “African Jazz Dance” qui appelle chacun à ressentir la musique, toute la musique, rien que la musique …


REVUE DE PRESSE

La Voix du Koat

Entretien avec Brice Wassy 26 octobre 2020

JAZZ AFRICA

« …melodious, subtly constructed, compositions built on the solid foundation of African tradition.« 

CAPE TIMES – 2010

 » There are people who know how to bash their sticks on a kit. And then there are real drummers. Cameroonian Brice Wassy falls into that rarified latter category, a musician who seems to eat, sleep and breathe rhythm. Watching him at work, eyes closed, arms floating, is to experience drumming in a totally superior zone. « 

> Lire la chronique

PAN AFRICAN STATION  – 2010

 » Credentials aside, Wassy is a formidable talent who deserves to be listen to on his own terms. His music is a full-frontal rhythmic attack profoundly rooted in Africa, but opened to all genres. Bringing together jazz and Afro-pop, he mixes improvisation with sophisticated compositional imagination; elasticity and experimentation with timbre and harmony; instruments new and old. As Fela Kuti once put it, Wassy has ‘opened our minds with the militancy of his message and our hearts to the rhythms of Afrobeat.’ « 

> Lire la chronique

MARCUS GILMORE – REVIVE MUSIC Interview – 2011

 » If I had to recommend drummers for Revivalist readers to listen to I’d have to start with Brice Wassy! He’s an amazing drummer from Cameroon. « 

Guantanamo Blues

Guantanamo Blues – Brice Wassy – sur youtube

Par ses co-fondateurs, Brice Wassy et April Népost, respectivement musicien pluri-instrumentiste international et plasticien multidisciplinaire, ont crée le concept Guantanamo Blues dans le but de sortir les gens de leur habitude quotidienne de cet enfermement de la société dans laquelle nous vivons, « cette prison à ciel ouvert ».

Permettre aux gens de se libérer et de découvrir une autre manière d’aborder l’art dans tous ses états à travers la musique, les arts plastiques. Dans ce chaudron se regroupe une pléiade d’artiste de diverses disciplines, musiciens, plasticiens, poètes, danseurs et autres.

L’intérêt est de fédérer le peuple autour d’un idéal artistique évolutif sans retenue dans l’interaction avec le public qui vient à l’événement.

Le Guantanamo Blues se constitue d’une base solide de musiciens avec en plus des invités de renoms au fil des éditions.

La musique qui est jouée est le Kù Jazz. Ce jazz est la base authentique du jazz lié directement à une manière de vivre, une manière d’être, celle de la danse du Prince, ce qui permet et favorise la libération de tous ses sens.

La diversité des instruments joués donne aussi cette originalité identitaire musicale au Guantanamo Blues. Le rythme racinaire du Kù Jazz est revisité par le jeu musical des musiciens intervenants. Un backing de quatre artistes forme la base musicale du Guantanamo blues.

 

april

La performance Guantanamo Blues qu’elle soit musicale, plastique ou visuelle reste en interaction avec le public adulte et enfantin. La finalité recherchée est une transpiration commune (transmusicale).

A chaque édition, l’énergie n’est jamais la même. Les invités à géométrie variable en découvertes concrète du Guantanamo Blues se mettent dans un conditionnement artistique Guantanamo Blues, libre.

Guantanamo Blues est aussi une scène, un visuel Guantanamo, une performance à base des matériaux de récupération réalisée sur place pour l’évènement. L’articulation fusionnelle art plastique et musique est l’essence même du Guantanamo Blues.

Le concept Guantanamo Blues, au complet ou en formation réduite selon l’espace à investir, s’adapte à tous lieux, qu’il soit théâtre, friche, centre municipal, club, lieu privé ou autres. Le Guantanamo Blues est là.

Guantanamo Blues©®

guantanamo #7 brice2

Brice Wassy: batterie, voix, saxophone, claquettes

Batteur virtuose dont la réputation n’est plus à faire, le bouillonnant musicien franco-camerounais Brice Wassy compte à son actif de nombreuses collaborations avec des pointures, telles que Manu Dibango, Salif Keita, Miriam Makeba, Jacques Higelin, Don Cherry, Joe Zawinul, et les Talking Heads. Il est l’un des premiers batteurs de l’histoire à transposer des polyrythmies africaines sur la batterie moderne avec un caractère funk et jazz.

April Nepost: peinture, sculpture, performance

April est un artiste plasticien basé à Montreuil, sa démarche non conventionnelle est intimement liée à l’humain, à son environnement et à ce qui conditionne son existence. Ainsi la polyvalence de son art s’exprime naturellement à travers les divers matériaux et supports qu’on utilise: bois, ferrailles récupérées etc..

  • Brice Wassy: batterie, claquettes, saxophone, percussions, voix, composition
  • Nicolas Bauer: basse électrique
  • Pierre-marie Lapprand: saxophones
  • Gaspar José: vibraphone électrique, synthétiseur

Artistes invités :

  • John Betsch : batterie
  • Gwen Sampé : chant
  • Laurent Succab : percussions
  • Charly Amadou Sy : scratch, dj
  • Xumo Nunjo : chant, synthétiseur, percussions
  • Roxanne Butterfly : tap dance
  • Djanuno : chant, guitare, percussions
  • Samy Kanyuka : voix, textes
  • Mike Ellis : saxophones
  • Nawal Mlanao : chant

Merci à Xavier et à son équipe du centre culturel Lounès Matoub à Montreuil pour la résidence sur la saison 2017/2018.

%d blogueurs aiment cette page :